fbpx

Balqees positive avec son nouveau single

Écrit par le 21/05/2018

Temps de lecture : 1 minute et 31 secondes

Balqees : On prend l’avion, on s’envole et on oublie la routine !

L’artiste saoudienne Balqees présente un nouveau single El Nafseya Mehtaja (Mon âme a besoin d’air). En écoutant les paroles de ce nouvel extrait de l’album Arahenkom sorti en avril 2017, l’artiste féminine nous encourage à prendre un vol pour éviter la routine et cesser de se prendre au sérieux. Balqees fait référence ici au monde du travail, bien sûr. Le texte de El Nafseya Mehtaja est mis en images dans un clip vidéo musical posté sur Youtube : plus de 2 millions de vues ! On y voit Balqees en présentatrice de télévision. Elle s’adresse aux auditeurs et les incite à prendre un avion, mais pas pour n’importe quelle destination : pour Jeddah ou Dubaï, entre autres. Car n’oublions pas que la ville d’origine de la star est Abou Dabi aux Emirats Arabes Unis.



Balqees : des origines belliqueuses

On sait l’attachement de Balqees à ses origines Saoudiennes. En effet, elle jouit d’une popularité sans faille à Abou Dabi. D’ailleurs, ses comptes Instagram et Facebook relayent le rayonnement de la capitale des Émirats Arabes Unis dont la beauté de la ville n’est plus à prouver. Mais ce que l’on sait moins est que Balqees a certes des origines saoudiennes mais aussi yéménites, et cela du côté de son père. Actuellement, les deux pays connaissent de vives tensions, pour ne pas dire qu’ils sont en guerre. Dès lors, on peut imaginer le déchirement de l’interprète du tube Majnoun qui a dû faire un choix entre les deux pays qui forment ses origines. Comment choisir une patrie ? Ainsi, pour éviter de répondre à cette question, et face à la guerre civile qui détruit le Yémen, la chanteuse Balqees Ahmed Fathi a choisi la vie.

Balqees : une mère comblée

L’artiste s’était bien gardée d’informer ses fans qu’elle était enceinte, préférant attendre l’arrivée de son enfant et pouvoir s’afficher à ses côtés sur Facebook. Pour cacher sa grossesse, Balqees n’a pas hésité à utiliser le logiciel Photoshop : certainement pour ne pas attirer le mauvais œil sur elle et son enfant. Car les croyances populaires ont la vie dure dans les pays arabes. Et comme toutes les croyances, elles ont un totem et un tabou : on respecte et on ne touche pas la femme enceinte mais on ne dit rien du bonheur qui l’habite ! Ainsi, nous souhaitons longue vie à cet enfant, que sa santé soit préservée et que l’amour de ses parents soit éternel.



5/5 (1)

Cela vous plaît-il SVP ?



Poursuivre la lecture

Current track

Title

Artist

Background